La petite fille en moi face aux remarques negatives
Mes pensées & réflexions

La petite fille en moi, face aux remarques négatives

La petite fille en moi face aux remarques negatives

Ce matin en commençant ma journée, j’ai lu un message par rapport à mon dernier article (« Vous attendez ou vous vous bougez pour vos rêves ? ») disant que j’étais condescendante.

 

Ça m’a fait mal.

J’ai eu l’impression d’être une mauvaise personne, et ça m’a ramené à la petite fille qui est toujours en moi.
La petite fille qui veut tout faire bien comme il faut ; qui ne veut pas être punie ; qui ne veut pas décevoir ; qui veut être aimée ; qui a peur d’être rejetée…

Je me sentais vraiment mal par rapport à cette remarque (et plus je m’expose dans mes articles, plus ce genre de remarques me parvient et plus je dois apprendre à les gérer).

Pour me changer les idées j’ai parcouru mon fil d’actualité, et deux contenus sont venus à moi pile au moment où j’en avais besoin.

 

D’abord j’ai lu l’article de Maudus « Pourquoi je suis cash dans mes propos ».

Comme Maudus l’explique, je ne peux pas avoir de contrôle sur la façon dont une personne recevra mon article.

Cela dépendra du vécu de la personne, de qui elle est. Elle va ressentir mon article à SA façon, et je n’ai pas de pouvoir là-dessus. Et peut-être que si on ressent mes articles comme quelque chose de négatif, d’agressif ou de condescendant, c’est que d’une certaine façon ils mettent le doigt sur des choses qui touchent la personne en question ; cela ne dépend plus de moi, c’est entre elle et elle. Cet article de Maudus m’a vraiment aidé à prendre du recul par rapport aux réactions négatives des gens.

 

Cet article m’a aussi rappelé que l’on ne peut pas plaire à tout le monde, et que ce n’est pas grave.

La petite fille en moi veut plaire à tout le monde, ne froisser personne, éviter les conflits… mais cela voudrait dire devenir ‘lisse’ et hypocrite, adapter mes idées selon les personnes ou bien me taire, ne plus affirmer qui je suis. Or j’admire les personnes qui ont des idées et des valeurs, et qui les défendent et les assument, c’est donc naturellement que je cherche à être une de ces personnes (voir mon article « Soyez votre propre exemple »). Je n’ai pas envie de rejeter qui je suis parce que ça ne plaît pas à certaines personnes.

 

Je ne plairai pas à tout le monde, mais les personnes qui m’aiment m’aimeront pour qui je suis.

 

Ensuite, j’ai lu l’article de Mathy Cab « Stop à la culpabilité ».

Je me suis immédiatement identifiée à elle : moi aussi je culpabilise dès que je froisse quelqu’un.

Automatiquement je me dis que c’est moi qui ai fait quelque chose de mal, que je suis « une mauvaise fille » comme le dit Mathy. J’ai tellement envie de bien faire que lorsque malgré toute ma bonne volonté je fais mal, cela prend une ampleur disproportionnée pour moi : je me torture en me demandant si j’aurais du faire autrement, je me sens mal, je culpabilise de ne pas faire assez bien, je me dis que je suis une horrible personne… Que du négatif ! La culpabilité n’est pas constructive, elle fait juste souffrir.

 

L’article de Mathy m’a rappelé que je dois être douce avec moi-même : lorsque je fais quelque chose je le fais de mon mieux, je n’ai donc pas à me faire de reproches. Si je blesse des gens j’en suis désolée. Mais on en revient à l’article de Maudus : plus que ce que j’écris, c’est la façon dont la personne le reçoit qui la blesse. J’écris mes articles avec de bonnes intentions : inspirer les gens, les booster, les encourager à révéler leur potentiel, leur donner de l’énergie positive… Je n’ai pas à culpabiliser parce qu’une personne ressent mon article de telle ou telle façon, c’est quelque chose qui appartient à la personne, ça n’appartient plus à moi.

 

Ces deux contenus m’ont vraiment fait du bien, ils m’ont permis de prendre du recul et de m’apaiser.

 

Puis je suis allée regarder mes mails.

Et j’ai vu qu’une personne m’a écrit suite à l’article en question, me disant : « C’est un excellent article et j’en avais besoin pour me booster plus ». Joie et bonheur !

Que cet article aie fait du bien à au moins une personne, c’est le plus important. Avec cet article je n’ai pas voulu blesser : j’ai voulu faire réfléchir les gens, et attirer les personnes qui partagent ma façon de voir les choses.

Ce mail m’a immédiatement soulagée. Il m’a rassurée sur le fait que je n’avais pas mal fait et que je n’étais pas une mauvaise personne.

 

Je vous avoue que c’est quelque chose qui ressort très (trop) souvent : ma peur d’être une mauvaise personne.

On en revient à cette petite fille en moi, qui veut être validée par les autres, qui ne veut pas décevoir ses parents, qui ne veut pas blesser ses proches… Tout cela rejoint ma peur d’être rejetée et mon besoin d’être validée par les autres. Peut-être que cela vous parle aussi ?

 

Ce que je veux retenir et partager avec vous, c’est qu’en affirmant qui nous sommes nous ne plairons pas à tout le monde, nous pourrons blesser sans le vouloir, nous pourrons être mal jugés et incompris, mais cela ne fait pas de nous quelqu’un de mauvais, et cela ne change rien au fait que nos intentions soient bonnes. Cela fait de nous une personne entière et authentique, qui s’aime et se respecte, et qui est aimée pour qui elle est.

 

Lorsque quelqu’un me trouve condescendante, ou agressive, ou je ne sais quoi, c’est SON jugement, SON ressenti, qui lui appartient. Ce n’est pas la Vérité.

En lisant un même article, certaines personnes vont réagir négativement, en s’énervant, en se braquant, en se sentant blessées, tandis que d’autres personnes vont se sentir boostées, vont s’identifier à ce que j’écris, et vont me remercier pour ce même article. Mes idées et mes mots m’appartiennent, mais toutes les réactions appartiennent à leurs propriétaires : se rappeler cela aide à prendre du recul sur les retours négatifs. J’écris pour faire du bien aux gens, et ce qui compte le plus pour moi, c’est l’impact positif que je peux avoir sur les gens qui me lisent.

 

Je veux continuer à partager avec vous comme je le fais, car cela m’aide à affirmer qui je suis, et cela aide d’autres personnes à affirmer qui elles sont. C’est ce qui est important pour moi.

 

 

Je partage sur mon blog pour vous mener vers plus d’épanouissement, mais c’est aussi ce que je fais grâce à mon travail : je suis graphiste-illustratrice, et je crée les images dont vous avez besoin pour réaliser vos projets. Découvrez mon travail et contactez-moi pour que je vous aide !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 



 
Vous avez aimé cet article ? Rejoignez ma newsletter !
 
Ma newsletter est un lieu plus confidentiel où je vous écris des mots exclusifs, vous récapitule mes derniers articles et vous informe de mon actualité. Vous serez au courant de tout !

Un e-mail de confirmation vous sera envoyé pour valider votre inscription. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien de désinscription ou en me contactant à l'adresse manongodard0@gmail.com

12 commentaires

  1. J’ai la même petite fille en moi.
    Et j’ai encore du mal à lui faire comprendre que les remarques des gens ne sont pas une vérité absolue. Tout est relatif, dès lors qu’on parle de l’avis de quelqu’un, il y a forcément un biais, une part de relativité.

    1. Manon Godard says:

      Exactement, chacun exprime ses idées à travers son propre prisme, mais lorsque ça nous touche personnellement il est plus difficile de prendre du recul, l’égo se sent en danger. D’où l’importance de renforcer sa confiance en soi 🙂

  2. Je ne connais que trop bien ce sentiment. Je ne supporte pas qu’on puisse ne pas m’aimer, qu’on puisse penser que je suis méchante ou autre, qu’on remarque mes défauts. Et à côté de ça, je sais pertinemment au fond de moi-même que je ne peux pas plaire à tout le monde mais pour autant, la moindre remarque négative que l’on peut me faire peut me heurter d’une force presque inimaginable. C’est compliqué parce qu’on a beau savoir certaines choses, comme tu le dis, il y a une petite fille au fond qui ne raisonne pas vraiment comme nous en tant qu’adulte…

    1. Manon Godard says:

      Même en sachant qu’il est impossible de plaire à tout le monde, la raison ne l’emporte pas toujours et la peur de déplaire peut rester présente. Comme tu le dis, c’est compliqué !

  3. Continue de partager comme tu le fais. Ton article est très fort je trouve, très sincère et à la fois juste.

    Je m’identifie à beaucoup de choses dont tu traites ici. Le besoin d’être validée, et puis l’envie de ne pas être prise pour « une mauvaise personne ». Comme toi, j’avais fait une vidéo sur Youtube à propos de la réalisation de ses rêves, comme quoi c’est important de rester conscient sur les obstacles de son environnement (nous ne sommes pas tous égaux) mais que dans tous les cas si on ne se bouge pas il n’y a rien qui avance. J’avais reçu quelques commentaires du genre… C’est rigolo (ou pas) comme certaines personnes réagissent mal dès que l’on essaie d’être positif et motivé. Le pire c’est qu’après c’est toi qui passe pour la personne « pas tolérante », presque même… oppressive. J’en parlais encore hier soir, ça me tue car loin de moi l’idée de vouloir faire du mal à quelqu’un avec mes mots. Mais en même temps cette volonté d’accomplir quelque chose, c’est une valeur en laquelle je crois profondément. Avec les remarques de certains, tu peux presque en venir à penser que c’est MAL de vouloir aller de l’avant. Ou alors en silence, tu ne dois pas trop en parler, l’afficher. Bref…

    Je dois m’occuper de la petite fille en moi… Merci pour ton article <3

    1. Manon Godard says:

      Je pense voir la vidéo dont tu parles, et j’y rejoignais ton point de vue (tu t’en doutes 😉 ). Il y a un côté frustrant à vouloir améliorer les choses et à passer pour la méchante aux yeux de certains ; au final ce serait plus facile de se taire et de laisser tomber. Mais quand ce sont des valeurs en lesquelles on croit profondément, c’est difficile de les taire alors qu’on veut les partager. Je suis convaincue que des personnes ont besoin d’entendre ce que tu as à partager, car j’en fais partie 🙂

  4. C’est le problème que rencontreront toutes les personnes qui choisissent d’être heureuse. Et je pense qu’on est tous passé par cette phase de déprime sans savoir comment changer, sans avoir le déclic. Quand on choisi de vivre sans regret, et de poursuivre ses rêves de façon concrète, on a envie de rencontrer que des gens positifs et partager pleins de choses. Mais comme on poursuis un but précis, on a pas toujours le temps pour aider les gens négatifs, surtout que cela nous rappelle pour les plus sensibles notre ‘nous’ d’avant quand on était malheureux aussi. Ce n’est pas pour être méchant. On ne veut plus être malheureux. Et puis c’est très compliqué d’aider quelqu’un qui ne veut pas être aider ! Mission presque impossible. Alors maintenant on ne se perds plus en chemin, on trace droit notre route et on se prends moins la tête ! On sais ce qui est important. Par contre il faut faire attention à ne pas faire de peine quand on dit ‘mais bouge toi !’ car on ne connait pas toute la vie des autres, et il ne faut pas juger. Pour certains, changer, c’est plus dur que d’autres.

    1. Manon Godard says:

      Je suis totalement d’accord sur le fait qu’on ne peut pas aider quelqu’un qui ne le veut pas. J’aime beaucoup l’image de la bouée de sauvetage : j’ai beau lancer la bouée à une personne qui se noie, si elle ne décide pas de l’attraper alors la bouée et moi sommes inutiles. Je suis aussi entièrement d’accord sur le fait que changer est plus ou moins dur selon les situations et les personnalités, et je respecte cela, mais je pense que ce n’est jamais impossible.

  5. Cet article me touche particulièrement …
    Heureusement, avec le temps, j’ai appris aussi à assumer … et je ne regrette pas !

    Moi je n’ai vu aucune condescendance dans l’article, au contraire, sur de l’énergie et de la motivation ! XD

    1. Manon Godard says:

      Bravo à toi de réussir à t’assumer telle que tu es 😀 Je suis heureuse que tu aie perçue de l’énergie et de la motivation dans mon précédent article ♥

  6. Aurélie B. says:

    Coucou Manon !

    Je me suis reconnue en toi dans cet article, cette petite fille qui ne veux que du positif, qui veut que tout soit bien, que les personnes l’aiment mais qui ne veut froisser personne. Des années que je travaille pour la faire taire, quand j’ai ré ouvert mon blog récemment, je me suis dit « Aurélie Il est TOTALEMENT HORS DE QUESTION de t’autocensurer pour les autres » c’est là que j’ai sorti l’article contre le travail gratuit =)

    Ca fait du bien de se dire que ce que les gens peuvent interpréter nous est égales puisque dans tout les cas on ne peut pas plaire à tout le monde, plaire à tout le monde c’est plaire à n’importe qui 😀 L’important c’est d’être honnête avec soi même, avec ces idées, ces envies.

    Passe une belle journée ♥

    1. Manon Godard says:

      Je trouve cela difficile de lâcher prise et de ne pas s’auto-censurer (surtout lorsqu’on blogue sans anonymat) ; comme tu le dis, il faut faire taire cette petite voix qui ne veut froisser personne. Bravo à toi ! Je te rejoins totalement : l’important c’est d’être honnête avec soi, voilà une jolie idée à retenir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.