20 Déc. 2022

Confidence #4 • Les entrepreneuses à succès, et « les autres »

Cette Confidence fait directement suite à la précédente, où je parlais d’un certain modèle de réussite grandement communiqué dans la sphère de l’entrepreneuriat, mais qui n’est pas pour autant le rêve de toutes les entrepreneuses.

Aujourd’hui, j’ai envie de creuser davantage l’idée de « réussite »…

 

Vois-tu, l’autre jour j’ai vu sur Instagram une entrepreneuse qui disait que telle méthode (qui n’était pas la sienne) ne marchait que pour les « entrepreneuses à succès » – et donc que ça ne marchait pas pour les autres.

Du coup, je me suis demandée : c’est qui, « les autres » ? Comment on pose la limite ? A quel moment on devient une « entrepreneuse à succès » ? Je suis de quel côté, moi ?

(En réalité cela m’a mise en colère, car on joue sur le fait que les personnes vont se minimiser et se dire d’elles-même « Oh, moi je ne suis pas une entrepreneuse à succès comme elle l’entend, donc telle méthode ne marchera pas pour moi, alors il faut que j’achète la sienne… » – et ça me fait grincer des dents… Où se pose le curseur à partir duquel ça marche pour les entrepreneuses « à succès » et pas les autres ?)

 

Alors, posons-nous la question ensemble…

C’est quoi une entrepreneuse à succès ?

 

Est-ce que c’est selon un certain chiffre d’affaires, et si tu redescends en dessous tu n’es plus une entrepreneuse à succès ? D’où est-ce qu’on sort ce chiffre ? Est-ce le même pour tout le monde ?

Est-ce que c’est avoir des clientes ? Avoir un certain nombre de clientes ? Quel nombre, alors ? Et du coup, si tu lances un programme qui n’atteint pas ce nombre, tu n’es plus une entrepreneuse à succès ? Même si tu as bien des inscrites ? Et si ton programme n’a aucune inscrites, tu repasses dans la catégorie « des autres » ?

Est-ce que c’est d’avoir ton agenda et ton planning de rendez-vous complet ? D’avoir une liste d’attente pour tes services ?

Est-ce que c’est que ton entreprise dure un certain nombre d’années ? Lequel ?

Est-ce que c’est de pouvoir voyager ? Mais alors, si quelque chose t’empêche de voyager (genre, au hasard… une épidémie mondiale) tu n’es plus une entrepreneuse à succès ?

Est-ce que c’est un certain nombres d’abonnés sur ses réseaux sociaux ? D’être interviewée ? De participer à un évènement ?

Est-ce que c’est d’avoir une équipe ? Faut-il un certain nombre de personnes ? Et si ton équipe réduit ?

Est-ce que c’est un certain statut ? Sortir de la micro-entreprise ? Embaucher son premier salarié ?

Est-ce que c’est de prendre du plaisir dans ce qu’on fait ?
Est-ce que c’est de faire de l’argent avec ce qu’on fait ?
Est-ce que c’est d’avoir du temps pour soi, pour sa famille ?
Est-ce que c’est de se sentir épanouie ?
Est-ce que c’est d’avoir de quoi payer ses factures et se faire plaisir ?

 

Y a-t-il seulement une définition ? Et y a-t-il seulement UNE SEULE définition ?
Est-ce que c’est comme un interrupteur ON / OFF, « succès / pas succès » ?
Est-ce que c’est un spectre dans lequel on évolue ?

(C’est pareil pour « la richesse » : c’est quoi, être riche ? Ça se situe où ?)

 

A vrai dire, je n’ai pas LA réponse.

Je pense que chaque personne à sa réponse, sa définition.
Que parfois, on ne prend même pas le temps de se poser la question.
Et que trop souvent on se compare aux définitions des autres, plutôt que de se situer par rapport à la nôtre.

 

D’ailleurs, la question qui permettrait d’avoir les bonnes réponses pour nous serait :
« C’est quoi pour moi, être un·e entrepreneur·e à succès ? »

 

Je repense à une cliente à qui j’avais demandé : « Imagine que ça y est, tu as le succès que tu souhaites, tu es en réussite… Comment tu te sens ? A quoi ressemblent tes journées ? »

Elle me partage sa réponse. Puis elle se rend compte que c’est déjà comment elle se sent, et que son quotidien est déjà ce qu’elle me décrit. Alors certes, elle ne gagnait pas des milliers d’euros par jour : mais si elle se recalibrait sur SA définition, elle était plutôt bien, finalement !

 

Je pense que le succès est d’abord un état. Une façon de se sentir.

Selon ma définition, le socle de la réussite est le plaisir, la joie et la paix. Si tu n’as pas cela, tu auras beau gagner des millions, à mes yeux tu ne seras pas en réussite. A l’inverse, si ta vie est remplie de plaisir, de joie et de paix, à mes yeux ce sera une vie de réussite – peu importe ton compte en banque.

(Et c’est d’ailleurs vers la joie, le plaisir et la paix que j’accompagne mes clientes en premier lieu – pas vers un chiffre d’affaires à atteindre.)

 

La paix est essentielle pour moi. Elle passe par avoir du temps, pour ma famille, mon couple, moi-même. Elle passe par le respect de mon énergie. Elle passe par le sentiment de sécurité. Elle passe par avoir assez d’argent pour mes besoins, mes envies et les imprévus. Elle passe par faire ce que j’aime, de la façon que j’aime. Elle passe par travailler avec des personnes avec lesquelles tout est fluide, simple, sans prise de tête – fun même !

Je me sens en succès lorsque je savoure ma vie, lorsque je la trouve délicieuse.
Lorsque je n’aimerais être nulle part ailleurs qu’où je suis.
Lorsque je prends un moment de recul sur ce que je vis et que je me dis « Wouah… j’ai de la chance. Merci infiniment pour cette vie. »

 

Si j’avais d’autres valeurs phares, et donc une autre vision de la réussite, mon business serait différent.

A chaque personne son business 🙂

Et cela ne m’empêche pas de pouvoir accompagner des personnes qui font de « meilleurs » résultats que moi – justement parce qu’elles n’ont peut-être pas le plaisir, la joie et la paix qui vont avec.

 

Aussi, il est bon de rappeler que nos repères de réussite évoluent et bougent avec nous.

Au début de mon entreprise, mon grand rêve était d’avoir trois clientes en même temps et de passer la barre des 1000€ de CA (n’ayant jamais été salariée, je ne savais pas ce que c’était de recevoir plus de 1000€, c’est un gros palier pour moi). Si je me compare à ces repères-là, j’ai plus que dépassé mes standards de succès – et aujourd’hui, ils ne sont plus les mêmes.

 

Pour faire écho à ma Confidence précédente, les repères de réussite d’une personne ne sont pas les repères universels. Il est plus intéressant de se comparer à nous-même, plutôt qu’à d’autres personnes qui n’ont peut-être pas du tout les mêmes ambitions.

 

Pour conclure, j’aimerais te reposer cette question partagée plus haut :
C’est quoi pour toi, être un·e entrepreneur·e à succès ?

Et d’ajouter…
Comment peux-tu te sentir davantage en succès dans les mois à venir ?

 

Tu n’as pas à avoir les réponses tout de suite ; elles pourront venir d’elles-même avec le temps. Te les poser, c’est déjà créer du mouvement ✨

Je te souhaite une douce fin de journée, merci pour ta lecture,

Manon

Envie de me laisser un mot ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *