9 Déc. 2022

Confidence #3 • Bâtir un empire ? Non merci.

L’autre jour, j’ai vu passer sur Instagram une publicité dont l’argument de vente était, en gros et en gras, « J’ai enfin lâché ma micro-entreprise ! (grâce à X méthode, programme ou autre)« .

Et lorsque j’ai vu cette publicité passer, je me suis dit intérieurement…
« Non merci : moi je l’aime bien, ma micro-entreprise. »

Là, tu te dis peut-être : « Ah bon Manon, tu es toujours en micro-entreprise ?! ».
Et bien oui ! Peut-être comme toi, d’ailleurs 🙂
Et cela n’empêche pas mon entreprise (et moi-même !) d’être en succès. Mais j’y reviendrai…

J’aime être une auto-entrepreneuse, et contre toutes attentes sortir du statut de la micro-entreprise n’est pas l’un de mes objectifs.

J’aime le confort de la micro-entreprise. J’aime la comptabilité simplifiée, j’aime être autonome, j’aime gérer mon business moi-même. En début d’année dernière j’avais recruté une assistante, avec laquelle j’ai arrêté de travailler au cours de cette année-ci ; finalement, j’aime bien être « seule à la barre ».

Et au jour d’aujourd’hui, les plafonds de la micro-entreprise suffisent à me sentir riche. Oui oui !

Si j’écris cette phrase-ci en gras, c’est parce que dans la sphère de l’entrepreneuriat, en particulier sur les réseaux sociaux, ce n’est pas « la norme »…

On va plutôt voir des entrepreneuses qui affichent leur chiffre d’affaires à 6 chiffres (ou plus).
On va te parler de grande équipe et de comment créer la tienne.
On va t’exposer à des publicités pour faire des « lancements qui rapportent 10K ».
On va te parler de « créer ton empire » & cie…
On va te dire (véridique !) que pour vivre de ton entreprise, il faut gagner au minimum 10 000€ par mois. Que c’est « la base ».

Tout cela, j’y ai été exposée… Et en vérité, à un moment c’est venu créer en moi de la honte, du doute et la sensation de ne pas être assez.

Pourtant, je vivais exactement le succès dont j’avais rêvé pendant des années – et bien plus encore ! Mais ces « standards »-là sont venus me faire croire qu’en fait non, ce n’était pas du VRAI succès.

Je pense que beaucoup d’entrepreneuses se dévalorisent et se sous-estiment car elles se comparent à ces repères-là, comme j’ai pu le faire. Ces repères qui, soit dit en passant, sont là pour déclencher en nous un « Oh, je veux faire pareil, je vais travailler avec elle / acheter sa méthode pour avoir les mêmes chiffres !! »… en nous faisant oublier ce que l’on désire vraiment.

Quand je repense à la Manon du passé, si fière et reconnaissante d’aller encaisser son chèque de 300€ (le chiffre d’affaire d’un mois entier) et qui rêvait du jour où elle gagnerai 1000€ en un mois, je me rappelle que pour elle, où j’en suis aujourd’hui serait un p*tain d’énorme succès ! Même si ça ne coche pas les cases du « business millionnaire + équipe de ouf + des centaines de clients à chaque nouvelle offre + travailler aux Bahamas ».

Parfois j’ai l’impression que c’est un peu comme si ce « modèle » était le « Mariée, 2 enfants, une maison et un chien » de l’entrepreneuriat, tu vois ce que je veux dire ? 😉

Sauf que (tout comme le « mariage + maison + enfants + labrador ») ça n’est pas le seul modèle de réussite – et ça ne fait pas rêver tout le monde !

Ma vérité aujourd’hui, c’est que j’aime le confort de la micro-entreprise.
J’aime être autonome et ne pas devoir rendre de comptes à une équipe.
Je n’ai pas envie de créer d’empire et de générer des millions.
Et je n’ai pas spécialement envie de voyager – encore moins aux Bahamas, à choisir j’irai plutôt vers le Nord 😉

Alors certes, j’ai vu une entrepreneuse dire sur les réseaux que c’était égoïste de ne pas vouloir générer des millions – parce que plus on a, plus on peut redistribuer. C’est pas complètement faux.
On peut aussi me dire « C’est lié à des croyances, tu te limites etc… ». Ce n’est pas complètement faux non plus.

Mais est-ce mal de choisir le confort lorsqu’il est vraiment confortable ?

Pour illustrer mon idée, je vais reprendre ma métaphore de la zone de confort et des zombies (si tu ne vois pas du tout de quoi je parle, je t’invite à rattraper cette vidéo)

… Tu vas te mettre en danger et sortir de ton camp parce que tu n’as plus à bouffer, parce que tu as besoin de matériaux, parce que tu as envie d’améliorer une pièce etc…
Mais si tu es bien dans ton campement, pourquoi en sortir ?

Parce qu’on veut te convaincre que tu as besoin/envie d’un camp plus grand ? Plus comme-ci ? Plus comme-ça ?

(Tiens, rien à voir mais un peu quand même, ça me fait penser aux gens qui font les yeux ronds lorsque je leur dis que je n’ai eu qu’un seul partenaire dans ma vie – mon mari. Si je suis bien dans ma relation, pourquoi diable est-ce que j’irai voir ailleurs ? Parce qu’on veut me faire croire que je DOIS avoir eu plusieurs partenaires pour être épanouie ?! Bah non, en fait…)

Peut-être que pour toi, sortir de la micro-entreprise / gérer une équipe / faire des lancements à 10K est un objectif vraiment vibrant et cela fait partie de ta vision de la réussite ✨
Ou peut-être pas.
Et les deux sont valides !

Être une entrepreneuse qui réussit ne passe pas forcément par des millions, une équipe etc… Tu peux réussir en étant une auto-entrepreneuse.

Je reviendrai sur le sujet de la réussite dans la Confidence suivante, pour laisser de l’espace à chacune de mes idées. Le fait est qu’aujourd’hui je me sens heureuse et en paix dans mon campement – et la paix est un gros critère dans ma vision de la réussite.

Je finirais simplement avec cette anecdote qui m’avait marquée : une entrepreneuse qui, lorsqu’elle s’est approchée du plafond de la micro-entreprise, a choisi de mettre son activité en pause et de prendre plusieurs mois de vacances jusqu’à la fin de l’année. Certains diront qu’elle s’est limitée et auto-sabotée ; personnellement, je trouve ça vraiment super cool !

La suite de ma réflexion dans la prochaine Confidence…

Merci pour ta lecture et bon week-end à venir !

Manon

 

EDIT (suite aux échanges que j’ai eu avec certaines lectrices en réponse à cette Confidence : évidemment, si un jour je me sens réellement limitée par la micro-entreprise, je m’émanciperai de cette limite. Pour le moment ça me va bien et je n’ai pas l’objectif de changer. Mon intention a travers mon partage est de rappeler que ce n’est pas le rêve de tout le monde – et que l’on n’est pas « moins bien » en étant auto-entrepreneuse. Et, comme je l’ai écrit plus haut, si tu as la vision d’une entreprise avec une équipe et un chiffre d’affaires à 6 chiffres, c’est pleinement légitime également ! Il y a autant d’entreprises que d’entrepreneuses, et c’est ça qui est chouette L’objectif est de créer l’entreprise qui correspond à notre vision – pas à celle du voisin !

Envie de me laisser un mot ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *