"Sortir du cadre pour s'aimer et être aimée" par Manon Godard

Hier j’ai fait un exercice d’écriture sur le fait d’affirmer sa voix et cet exercice a touché quelque chose de profond en moi : le fait que très souvent encore je ne me sente pas assez bien pour dire ce que je pense et que j’ai peur des représailles.

 

Comme si m’exprimer était dangereux.

Ce n’est pas totalement faux, d’autant plus à cette époque de lynchage sur les réseaux sociaux où les violents sont assis confortablement derrière leur écran. Au collège-lycée ils devaient au moins assumer en face-à-face ; aujourd’hui c’est encore plus simple de faire du mal, avec un effet de groupe très fort et violent sur Internet.

 

Souvent encore je me censure.

J’ai quelque chose à dire puis j’imagine les réactions potentiellement virulentes et je choisis de me taire. Je reste invisible pour ne pas être violentée.

Au collège-lycée j’ai expérimenté les réactions des gens lorsqu’on se différencie, par un vêtement un peu trop extravagant ou par une coupe de cheveux un peu trop différente de la ‘norme’. J’ai expérimenté la violence des mots et l’humiliation, et je me suis lissée et mise dans le moule en pensant que comme cela je plairais et serais acceptée.

Être acceptée en n’étant pas totalement moi, en me bridant : on a réussi à me faire voir cela comme la solution pour être en sécurité et aimée.

 

Aujourd’hui je m’exprime de plus en plus, notamment sur mon blog.

Je m’affirme, je ne suis plus lisse, parfois je dérange et je bouscule.

Ça me rappelle cette fois où je suis arrivée au collège dans mon pantalon pattes d’éléphants rouge à paillettes, fière et la tête haute (j’adorais ce pantalon, il était trop cool !! ) tandis que le jean était ‘l’uniforme normal’.

Lorsqu’on sort du cadre, on met les autres face au fait que c’est possible de le faire ; ça dérange car ça titille leurs croyances et leurs blocages.

 

[bctt tweet= »Lorsqu’on sort du cadre, on met les autres face au fait que c’est possible de le faire ; ça dérange car ça titille leurs croyances et leurs blocages. » username= »ManonGodard »]

 

Dans ce pantalon je me sentais fière et puissante, car j’assumais ma différence, j’étais moi !

Je n’ai pas toujours craint le regard des autres : ça fait du bien de me rappeler de cette force que j’ai en moi. Mais être humiliée, voire agressée pour qui on est, pour affirmer qui on est, cela laisse des traces plus ou moins profondes – même si aujourd’hui je sens mes plaies refermées.

La société nous envoie le message : « Ne sors pas trop du cadre où on va t’y remettre » et pas avec douceur et bienveillance. Il n’y a qu’à voir la virulence envers les looks originaux, les modes de vie alternatifs, les métiers atypiques

 

[bctt tweet= »La société nous envoie le message : « Ne sors pas trop du cadre où on va t’y remettre » et pas avec douceur et bienveillance. » username= »ManonGodard »]

 

Mais ce qui fait moins de bruit, c’est l’amour.

Lorsqu’on sort du cadre, on montre que d’autres voies sont possibles, qu’il n’y a pas qu’un modèle de vie. Et ça, ça inspire beaucoup de gens, ça leur fait du bien !

Il n’y a pas que la violence lorsqu’on sort du cadre : il y a beaucoup d’amour, d’admiration, de respect. Il y a aussi un merveilleux effet boule de neige : en prenant une voie qui nous ressemble, on invite d’autres personnes à prendre elles-aussi leur voie, et ces personnes en inspireront d’autres à leur tour.

 

[bctt tweet= »En prenant une voie qui nous ressemble, on invite d’autres personnes à prendre elles-aussi leur voie, et ces personnes en inspireront d’autres à leur tour ✨ » username= »ManonGodard »]

 

Alors oui, en s’affirmant on s’expose au rejet et à la violence, et c’est terrifiant. Parfois on souffre, parfois on pleure. Mais en s’affirmant, on se donne de l’amour à soi-même et on invite les autres à s’affirmer pour s’aimer eux aussi davantage.

Je porte énormément d’admiration aux personnes qui s’affirment et qui sortent des ‘normes’ pour être elles-même. Elles m’inspirent et me transmettent énormément de force pour m’affirmer à mon tour.

 

Lorsqu’on sort du cadre, ce ne sont pas les personnes violentes qui comptent.

(Même s’il est difficile de les ignorer puisque ce sont souvent les plus bruyantes 😒)

Celles qui sont importantes, ce sont les personnes qui, en silence, nous remercie de leur prouver que c’est possible et qu’elles aussi peuvent le faire ! En étant nous-même, c’est comme si on leur donnait la permission d’être elles-même à leur tour.

Dans mon pantalon rouge à paillettes j’ai été moquée, mais peut-être que j’ai inspiré une personne à porter ce chapeau qu’elle adorait sans oser le mettre ; peut-être qu’elle a enfin osé porter ce chapeau et qu’elle s’est sentie fière et puissante à son tour 😎

Il ne faut pas sous-estimer ce qui se passe en silence, c’est parfois beaucoup plus fort et important que le bruit.

 

Par le passé j’ai pensé que je devais être lisse et normée pour être aimée : aujourd’hui je pense que c’est faux.

Aujourd’hui je pense qu’en étant lisse et normée on est intégrée, on rentre dans le moule, certes. Mais pour être aimée, vraiment aimée, pour toute la personne que nous sommes, alors il faut être nous-même, montrer aux autres cette personne, affirmer notre propre moule.

 

Au début de cet article j’écrivais que je me censurais pour fuir le danger.

Mais censurer qui je suis, c’est peut-être encore plus dangereux.

Si je suis aimée en étant un « moi filtré », j’aurais peur d’être rejetée le jour où le filtre tombera. Mais si j’affirme qui je suis, si je suis aimée pour qui suis, alors je suis en sécurité car cet amour sera inconditionnel. Et cet amour inconditionnel de qui je suis, cette admiration, ce respect, la première personne à pouvoir me le donner c’est moi-même. Alors je suis en sécurité, car quoi qu’il arrive je m’aimerais toujours

 

Je trouve cet article un peu brouillon, mais je le laisse tel quel car j’ai la foi que vous saurez y trouver ce dont vous avez besoin 🙂 Je vous remercie de m’avoir lu et je vous envoie beaucoup d’amour !

 

PS : Via mon métier de graphiste-illustratrice, je vous aide à vous affirmer grâce à l’image ! Via votre logo, le design de votre blog ou encore votre faire-part, je fais transparaître votre identité, votre singularité. Mes créations sont en quelque sorte ce pantalon rouge à paillettes qui vous fera vous sentir fière et puissante 😉 Découvrez mon book