Et si on arrêtait de chercher le prix le plus bas ?

28 Août. 2017 | Déconstruire tes peurs et croyances

Et si on arretait de chercher le prix le plus bas

En échangeant avec un autre entrepreneur, nous avons partagé notre ressenti sur un point : plusieurs personnes ont un regard négatif sur les dépenses.

Globalement, on ne voit que l’argent qui sort, et pas tout ce qu’il peut apporter de bon ; j’avais déjà abordé de ce thème dans d’autres articles (que je mettrais à la fin de celui-ci) mais aujourd’hui j’ai encore envie d’écrire à ce sujet.

 

« Soyez malin, trouver X chose au meilleur prix ! »

Les rares fois où je vois la publicité à la TV (en fait entre deux épisodes d’American Dad) je fais très souvent cette constatation : on répète encore et encore aux gens qu’ils doivent payer le moins cher possible.

Trouver l’assurance la moins chère, l’hôtel le moins cher, les super-marchés aux produits les moins chers, les vêtements les moins chers… Énormément de publicité nous disent que l’on doit trouver LA bonne affaire, celle qui nous coûtera le moins possible. On nous montre des vêtements à 20, 15, 5€, des promotions à tout va… Les prix bas deviennent peu à peu la norme, et trouver le plus petit prix semble être la recherche du Graal.

 

Du coup, quel est le prix JUSTE et combien de personnes sont encore prêtes à le payer ?

Je l’évoquais brièvement sur mon blog, ma consommation a beaucoup évolué ces derniers temps. J’ai pris conscience que les petits prix n’étaient pas justes : pour avoir un produit ou un service à un prix dérisoire, quelqu’un doit forcément en pâtir à un moment, il y a forcément une étape qui se sacrifie.

Pour pouvoir proposer à la vente un T-shirt à 5€, dans quelles conditions a-t-il été produit, avec quels matériaux, la personne qui la créé est-elle payée à sa juste valeur ? – Au passage je vous recommande le documentaire ‘The True Cost’ qui a été une réelle prise de conscience pour moi.

 

C’est la même problématique pour tout ce qu’on achète.

Lorsqu’on veut une création pour moins de 20€, il y a forcément quelque chose à sacrifier pour obtenir ce prix : ce peut être la qualité, mais plus simplement le créateur. Si vous estimez qu’un créateur doit être rémunéré 20€ pour son travail, alors vous estimez que le temps, l’implication et l’amour qu’il met dans son travail n’ont pas plus de valeur que 20€. Vous ne lui donnez pas l’opportunité de vivre convenablement de son travail.

 

A chaque fois que vous profitez d’un petit prix, l’argent que vous y gagnez est de l’argent que quelqu’un perd.

Et parfois, ce quelqu’un c’est aussi vous.

 

Pour vous donner un exemple très concret, en début d’année j’étais encore dans cette démarche de trouver le plus petit prix, et j’ai acheté une paire de chaussures à 10€ ; pas soldées ou quoi, non, c’était son « vrai » prix. Et à ce moment-là j’étais fière d’avoir pu trouver une aussi bonne affaire.

Au final, au bout d’un mois ces chaussures étaient devenues importables. En continuant à penser comme cela, j’aurai pu acheter des chaussures à 10€ tous les mois : 120€ par an, pour une douzaine de paire. Entre temps, j’ai vu le documentaire ‘The True Cost’ dont je vous parlais plus haut, et j’ai réalisé le mal qui se cachait derrière cette « bonne affaire ». Tout le monde est perdant dans cette façon de consommer : les autres et moi.

Du coup, maintenant je préfère investir dans une paire de bonne qualité, éthique, qui respecte les êtres vivants et que je n’aurais pas à changer tous les mois.

 

C’est là la grosse différence : j’investis.

J’achète plus cher, mais dans des achats beaucoup plus choisis : je ne me jette plus sur le petit prix aguichant, je consomme en conscience. J’investis dans ce que j’achète, mais plus largement dans tout ce qui se cache derrière : j’investis dans des matériaux et des conditions de travail qui correspondent à mes valeurs, et j’investis dans une qualité qui durera et qui me fera gagner de l’argent sur le long terme (pas comme les chaussures qu’il faut changer au bout d’un mois !).

 

Pourquoi je vous raconte tout cela ?

Parce que lorsqu’on entreprend, c’est difficile dans cette course aux petits prix de faire valoir la valeur de son travail et le prix qui y correspond.

Si nos clients ont cette mentalité du « petit prix », alors plus ou moins consciemment on est appelé à s’y adapter, à baisser nos tarifs pour les conquérir. Mais cela veut dire sacrifier notre confort, nos projets… et peut-être même à long terme sacrifier notre entreprise qui ne sera pas viable.

 

Est-ce que c’est vraiment ce que les clients veulent ?

C’est tellement préférable lorsqu’un client comprend notre valeur et la valeur de notre travail. Lorsqu’il comprend nos efforts, notre implication, notre talent, le temps qu’on lui consacre…

Et lorsqu’il comprend tout ce qui ce cache derrière, alors il est près à payer le prix juste, parce qu’il veut que l’on fasse notre travail encore longtemps, qu’il veut nous encourager et nous permettre de réaliser nos rêves.

 

Le meilleur prix n’est pas le prix le plus bas.

Un petit prix signifie forcément un déséquilibre de valeur, un sacrifice quelque part. Et ce qui semble être une bonne affaire sur le moment peut se révéler être de l’argent jeté par les fenêtres sur le long terme.

 

Le meilleur prix, c’est celui qui donne de la valeur aux deux côtés.

A celui qui achète, qui sait qu’il aura un produit/service de qualité et dont il sera satisfait.
Et à celui qui vend, qui peut grâce à son travail avoir une vie confortable et qui lui plaît, et continuer d’apporter aux autres.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bienvenue !

Je m’appelle Manon ; coach, graphiste et webdesigner, j’accompagne les entrepreneuses pour emmener leurs entreprises à leur prochain niveau de réussite.

▻ En savoir plus sur moi