Syndrome de l’imposteur et reconnaissance ✨

Ces dernières semaines, une transformation intérieure que je sens très importante se fait : je reconnais la coach en moi. Celle qui est là, en puissance, depuis des années, et qui attend que je l’assume pour se révéler. J’arrête de prendre des détours, de la reconnaître à demi-mot, de rougir et fuir lorsqu’elle se présente à moi… « Enfin », j’ai envie de dire ! (Et « Enfin », te dis-tu peut-être aussi si tu me suis depuis un moment.)

A vrai dire, cette newsletter-ci me fait me sentir très vulnérable ; de montrer, une fois encore, mes propres freins, mes propres peurs, et combien je peux les traîner avec moi… Je crois que je ressens même une forme de honte, en mode « T’en es encore là Manon, sérieusement ? Tu crains, il est temps d’avancer ! »

Et en même temps, ce n’est pas parce que je suis parfaite que je peux t’apporter et t’accompagner, mais justement parce que je traverse les mêmes doutes et questionnements que toi, à ma façon. Et toujours, je garde en tête que ce que je vis peut être utile à une personne qui vivrait en miroir un processus similaire. Bref, allons-y !

 

Il y a quelques temps, j’ai écrit dans mon carnet sur mon syndrome de l’imposteur, qui freine clairement mon expansion.

 

Ce qui est ressorti de ma réflexion (je te fais la version courte !) c’est que :

  • Je me suis auto-proclamée « webdesigner », alors que je suis totalement autodidacte dans ce domaine, parce que j’avais mon propre site en « preuve » et qu’à partir de lui, des clientes m’ont fait confiance ❤ J’ai démontré mes compétences à travers mon expérience et mon travail, et je me sens totalement légitime dans ce domaine – de plus en plus même !
  • Paradoxalement, alors que j’ai déjà accompagné plusieurs femmes dans leur transformation intérieure et dans le développement de leur entreprise, je résiste à m’auto-proclamer « coach », parce que je n’ai pas de diplôme ou autre : j’ai « juste » mon expérience. Exactement comme pour le webdesign : alors pourquoi j’ai réussi à m’affirmer en tant que webdesigner, mais pas en tant que coach ?
  • J’en suis arrivée au fait que, avec mon syndrome de l’imposteur, je ne redoute pas la colère de clientes qui viendraient me demander un diplôme que je n’ai pas ; en réalité, je redoute la colère des « vraies coachs », celles diplômées/certifiées, qui viendraient me dire « Mais pour qui tu te prends Manon ? Nous on a fait des études, t’as fait quoi toi pour mériter d’être là ?! ». C’est pour cela que je contourne le terme « coach » depuis le début : pour rester en sécurité.
  • Vient la grande question : de quoi j’ai besoin pour passer le cap et m’affirmer en tant que coach ? Je n’ai pas envie de passer un diplôme ou autre pour « avoir mon ticket d’entrée », pour quelque chose que je sais déjà faire naturellement. Le graphisme et le webdesign m’ont démontré que ce n’était pas le diplôme qui fait la compétence : j’ai lancé mon entreprise alors que j’avais échoué l’obtention de mon diplôme, et ça ne m’a pas empêché de trouver des clientes satisfaites de mon travail. Je suis totalement autodidacte pour ce qui concerne le webdesign, ce qui ne m’empêche pas d’être douée et de créer de beaux sites. Tout comme là, ne pas avoir de validation « officielle » ne m’a pas empêché de déjà coacher plusieurs femmes – et de constater des résultats extraordinaires ! J’ai même des coachs diplômées/certifiées/tout ce que tu veux qui m’ont dit elles-même que j’étais légitime (ce qui révèle bien que c’est un problème entre moi et moi !).
  • Alors, qu’est-ce qu’il me manque ? De la confiance en moi. De l’audace. Dépasser la peur du jugement des autres. Faire le grand saut. Exactement comme pour le webdesign à l’époque, en fait !

 

(Pas si courte que ça ma version courte finalement *rires*)

 

Ces dernières semaines, je sens la bascule se faire…

 

… Tout en douceur ; comme si le moment était venu, tout simplement, et qu’il me suffisait de laisser les choses se faire. C’est une destination que je sens en moi depuis bien longtemps, mais je ne devais pas forcer les choses : je devais laisser le bourgeon s’ouvrir de lui-même, au bon moment et à son rythme.

Et l’éclosion continue : déjà, de part la transformation de mon accompagnement individuel, qui s’appelle désormais Entrepreneuse Magnétique et dont la forme a évolué. J’ai senti un réalignement profond se faire entre lui et moi ✨

Avec Cécile, ma super assistante, nous lui avons préparé un beau contrat – comme il le mérite ! Une façon pour moi d’honorer cet accompagnement et ses clientes à venir ❤

Ce document pose noir sur blanc le fait que j’accompagne les entrepreneuses avec des séances de coaching et de mentorat : mine de rien, cela ancre Entrepreneuse Magnétique davantage dans la matière, et lui donne une vibration encore plus puissante ! Et de mon côté, je ressens une plus forte solidité intérieure.

 

Et comme souvent, en bougeant à l’intérieur, ça bouge à l’extérieur.

 

Il y a quelques semaines, mon ancienne coach Maude Frieh m’a confié son accompagnement Business Éclatant : mon cœur s’est gonflé de gratitude lorsqu’elle a mis son bébé entre mes mains ❤

Sur la page de présentation de cet accompagnement, elle a écrit « Manon GODARD, une ex-cliente et une coach fantastique […] J’ai 100% confiance en Manon pour t’ammener là où elle réussi à aller. »

« Coach fantastique ». Moi. Whoua.

Est-ce que c’était ça, la validation que j’attendais ? Voir ce mot, noir sur blanc, accolé à mon nom par quelqu’un d’autre – une coach certifiée qui plus est ? Peut-être. En tout cas, ça a bougé quelque chose en moi.

Pour gérer cet accompagnement, Maude m’a créé une adresse mail spéciale : je peux te dire que j’ai senti un flot d’émotion en mettant en signature « Manon Godard – Coach Business Éclatant ». Et je le ressens encore en te l’écrivant par ici ; comme si je me révélais publiquement.

D’ailleurs, si tu souhaites en savoir plus sur Business Éclatant et sa nouvelle formule avec moi, je serai en live avec Maude demain, ce jeudi 22 avril, à 14h sur sa page Facebook. Note-le dans ton agenda !

 

La Manon d’il y a 6 ans ne comprendrait rien à ce qu’il passe – celle d’il y a 6 mois non plus d’ailleurs !

 

Et pourtant, tout est parfait, tout est juste, tout m’a menée à ce moment ; je pousse encore plus les murs de mon business et de mon impact, et je suis curieuse de voir ce qu’il va se passer !

En reconnaissant la coach en moi, en la regardant enfin sans détourner le regard, je peux avoir tellement plus d’impact. Je peux créer tellement plus. Je peux aider tellement plus d’entrepreneuses. Et aussi, je peux m’aimer tellement plus, dans mes différentes facettes, dans mon entièreté ❤

 

Peut-être que toi aussi Manon Godard, tu sais au fond de toi ce qui est juste pour toi, ce qui t’appelle, ce qui demande à être ajusté.

 

Il y a de grandes chances pour qu’au fond, tu saches très bien ce que tu repousses, ce à quoi tu résistes. Et crois-moi, tu peux résister longtemps, des années – je parle en connaissance de cause !

Tu peux toi aussi faire des détours, « gagner du temps » (alors qu’en réalité, c’est tout l’inverse !), ne pas vouloir regarder ce qui t’appelle en face… Mais, d’expérience, je crois que ça sera toujours là, sur ton épaule, en attendant que tu le regardes vraiment et que tu le reconnaisses pleinement. Notre âme sait, et elle ne lâche pas l’affaire si facilement !

 

 

(Article partagé dans ma newsletter le 21 avril 2021)

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bienvenue !

Je m’appelle Manon, et j’accompagne les entrepreneuses à s’affirmer, se solidifier et grandir.

▻ En savoir plus sur moi