"Parfois je regrette" par Manon Godard
Mes pensées & réflexions

Parfois, je regrette…

"Parfois je regrette" par Manon Godard

Parfois, je regrette de ne pas avoir fait autrement.

 

Je regrette de ne pas avoir une vie classique, banale, « planplan ».

De ne pas avoir un travail sans surprise, réglé comme du papier à musique, où tout est prévisible et prévu. Un travail que je laisse derrière moi une fois la porte du bureau fermée. Un travail où j’ai un salaire fixe qui m’attend sagement. 5 jours sur 7, avec week-end et congés payés.

 

Je regrette de ne pas être restée dans l’ombre, sans faire trop de bruit.

Ça aurait été plus confortable de ne pas m’exposer, de ne pas trop en dire, de conserver le silence. De rester fondue dans la masse. De ne pas chercher à briller.

 

Je regrette de ne pas être de ces gens qui traversent leur vie.

C’est quand même plus facile et confortable, de simplement traverser et ne rien tenter. De ne pas se mettre en danger. Je me poserais moins de question, je prendrais moins de risques. Je serais moins vulnérable. Ma vie serait plus sécurisée, je n’aurais qu’à suivre les rails de la société.

 

Parfois, je regrette… Le temps d’un instant seulement.

Et puis je me rappelle mon Pourquoi.

Je me rappelle que j’ai fais mes choix pour atteindre ma vie idéale. Je me rappelle que j’ai entamé un chemin et que je ne veux pas revenir en arrière : je ne veux qu’avancer, car ma réussite et mon bonheur sont non-négociables. Je sais que je vais réussir, je sais que j’en suis capable, et je n’arrêterai pas d’avancer avant d’avoir atteint mon but. C’est une promesse que je me suis faite à moi-même. Et chaque jour, je m’en rapproche.

 

Un jour, je serai celle que je veux être.

Je le suis déjà un peu, et un peu plus chaque jour. Pour devenir cette personne, je m’autorise à briller, je ne suis pas les rails et je marche sur mon propre chemin. Pour devenir celle que je veux être, je dois traverser l’inconfort, la vulnérabilité, la peur. C’est ce qui me fait grandir.

 

A l’idée d’une vie « classique », je me dis que ça aurait quand même été plus simple.

Mais je me serais gâchée, rapetissée, cachée. Je me serais privée d’accomplissement, et par ricochet j’aurais privé le monde de mes talents. Alors que là, je m’autorise de plus en plus à me mettre en avant. C’est terrifiant, et en même temps je sens que c’est aligné, que tout va bien, que c’est ce que je dois faire.

 

En ce moment, je sens que ça bouge en moi.

Je sens que de nouvelles portes s’ouvrent, je sens que je m’autorise à aller encore plus loin. Je sens que des barrières se dissipent. Je sens que je libère un peu plus mon pouvoir, et ça me fait peur ; j’ai peur de moi-même, de jusqu’où je peux aller. Cela me rappelle un discours de Nelson MANDELA :

« Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite. C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus. Nous nous posons la question : qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux ? ».

 

Je m’appelle Manon, je suis graphiste-illustratrice et je décide d’être brillante, talentueuse et merveilleuse.

Alors même si par instant les sirènes de la « vie classique » tentent de m’attirer vers elles, elles n’y arrivent pas, car ma vie idéale est beaucoup plus séduisante et excitante. Je veux profiter pleinement de cette vie qu’on m’offre, je veux l’honorer, et pour cela je décide de sortir de l’ombre et de libérer ma lumière. La vie m’offre tellement, je veux offrir beaucoup en retour, et je ne peux pas le faire en restant cachée et restreinte.

 

À ma vie insolite, inconfortable et imprévisible : je t’aime et je ne regrette rien

 

PS : Grâce à mes talents je vous permets d’embellir votre vie et d’entreprendre les projets qui vous tiennent à cœur ! Logo, carte de visite, illustration, bannière, faire-part, flyer… Je crée ce dont vous avez besoin 🙂 Visitez mon book en ligne pour découvrir mon univers

 



 
Vous avez aimé cet article ? Rejoignez ma newsletter !

Ma newsletter est un lieu plus confidentiel où je vous écris, vous récapitule mes derniers articles et vous informe de mon actualité. Vous serez au courant de tout !

Un e-mail de confirmation vous sera envoyé pour valider votre inscription. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien de désinscription ou en me contactant à l'adresse manongodard0@gmail.com

4 commentaires

  1. Pfiou, encore une fois, ça résonne tellement ce que tu dis ! Je me dirige également à petits pas vers la longue route de l’entrepreneuriat et plus le temps passe, plus je réalise qu’avoir une vie « comme tout le monde » « sur les rails » eh ben, c’est une espèce de mort lente. On se ramollit, on se cache, on se fond dans la masse…C’est d’une tristesse infinie ! Alors je le crie haut et fort: je VEUX avoir peur. Je veux flipper comme jamais. Mais mourir à petit feu, c’est définitivement STOP ! Tu me le rappelleras quand je serai en pleurs de terreur en train de me demander pourquoi j’ai tiré un trait sur ma petite vie tranquille ? 😛 Courage, merci pour ces mots et belle journée à toi !

    1. Manon Godard says:

      Je connais des gens qui sont très heureux dans une vie professionnelle « classique », mais clairement ça n’est pas pour moi, comme toi ça me donne l’impression de mourir à petit feu et c’est hors de question !
      Je te souhaite d’avoir peur, mais surtout de vivre pleinement de la façon qui te fait vibrer et briller 😀 Je t’envoie du courage et plein de bonnes ondes !

  2. Tellement d’accord … C’est terrifiant mais complétement enrichissant !

    Xo Malvina

    1. Manon Godard says:

      Oui, c’est un chemin qui enrichit énormément 😀 Merci pour ton commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.