"La mascarade du monde du travail : plus pour moi !" par Manon Godard
Mes pensées & réflexions

La mascarade du monde du travail : plus pour moi !

"La mascarade du monde du travail : plus pour moi !" par Manon Godard

Il y a quelques jours, j’ai reçu un mail assez cocasse : une personne qui me contacte en espérant que je l’engage en tant que graphiste.

 

Ma première réaction a été de sourire.

En passant quelques minutes sur mon site, en visitant ma page Qui suis-je ?, on sait rapidement que je m’appelle Manon, que je suis une femme solo-entrepreneuse et que je suis moi-même graphiste-illustratrice. Pas besoin d’être une grande détective pour trouver quelques infos 😉

Lorsque j’ai vu le mail commencer par « Madame, Monsieur », j’ai directement supposé que la personne avait trouvé mon site sur Google et s’était empressée d’aller à ma page Contact pour m’envoyer son texte copier-coller, sans même savoir à qui elle l’envoie réellement.

 

Si j’en ai d’abord souri, avec du recul je trouve cela plutôt dramatique.

On copie-colle des messages avec des formules de politesse creuses, des mots-clés bateaux, des phrases vides et impersonnelles. Où est l’humain ? Où est la personnalité?
Je suis une vraie personne derrière mon écran : j’ai envie de savoir quelle est la personne qui m’écrit, qu’est-ce qui la fait vibrer, quelle est son histoire, quels sont ses rêves.

 

On copie-colle des messages avec des formules de politesse creuses, des mots-clés bateaux, des phrases vides et impersonnelles. Où est l'humain ? Où est la personnalité? Cliquez pour tweeter

 

Mais ce n’est pas ce qu’on nous apprend.

On nous apprend à être lisse, à être « professionnel et sérieux » (les guillemets sont volontaires, car pour moi on peut être professionnel et sérieux sans être lisse). On nous apprend à parler de notre expérience, de nos compétences, de notre motivation, de notre expertise. Mince à la fin, nous ne sommes pas des robots, on est beaucoup plus qu’un CV, non ?

Je trouve très triste ce lissage, cette façon de nous formater.

 

Ce que je trouve aussi dramatique, c’est qu’en plus de se lisser on oublie l’humain.

Je m’explique : cette personne m’a envoyé ce message, mais elle a sûrement dû envoyer exactement le même à X autres personnes. Je ne la blâme pas, moi-même j’ai joué à ce jeu hypocrite – lorsqu’on est dans le besoin, on se retrouve à envoyer désespérément nos copier-coller comme des bouteilles à la mer, en espérant qu’au moins une fera mouche. Je comprends et je ne condamne pas.

Mais quand on prend du recul, tout cela déshumanise les deux côtés.

 

D’une part, la personne oublie l’humain face à elle.

Elle envoie un message totalement impersonnel, sans savoir à qui elle s’adresse, sans se renseigner pour savoir si c’est réellement pertinent – dans mon cas, je suis graphiste freelance, évidemment que je ne vais pas engager un graphiste. J’ai la sensation de n’être personne, de ne pas avoir été vue, même pas par le plus basique : mon nom, mon identité. « Madame, Monsieur », c’est une formule qui me montre tout de suite qu’on n’a pas pris le temps de savoir qui je suis. On m’écrit sans avoir pris le temps de savoir qui je suis : je trouve cela problématique, comment est-ce que je suis perçue alors, en tant que qui, que quoi ?

 

D’autre part, la personne s’oublie elle-même en tant qu’être humain.

Si elle m’envoie ce message totalement impersonnel sans même savoir qui je suis et ce que je fais, comment peut-elle savoir si cela lui correspond ? Comment savoir si ça l’épanouira ? Elle se lisse, se conforme pour rentrer dans la case qu’elle s’imagine – elle s’oublie en tant que personne, elle oublie ses aspirations profondes.

Je ne blâme pas la personne, je blâme ce système dont j’ai moi aussi fait partie.

 

Pour valider chacune de mes années d’études je devais obligatoirement trouver un stage.

Au début j’ai contacté les personnes avec qui j’avais VRAIMENT envie de travailler, je leur ai écrit des mails d’amour en rêvant d’avoir une réponse positive.

Mais très vite je me suis retrouvée contrainte à jouer la mascarade, à envoyer le même message creux à des dizaines de personnes en espérant avoir le stage qu’on exigeait de moi. Peu importe si la structure correspondait à ce que je voulais, peu importe si j’aimais ce que je faisais la personne, peu importe si je correspondais à ce que la personne faisait : tout ça était sans importance, j’avais BESOIN de ce stage. Alors je lançais mes bouteilles à la mer, en oubliant que j’étais une vraie personne et que les autres étaient des vraies personnes.

 

Ça me rend triste et en colère.

Je ne trouve pas normal qu’on se retrouve dans de telles situations. Je ne trouve pas normal qu’on nous apprenne à être lisse, à nous résumer en un CV classique et terne, à nous définir en des mots-clés pour nous conformer aux cases. Je ne trouve pas normal qu’on regarde quelques lignes tapées en Arial taille 12 dans un CV, plutôt que de regarder la personne entière. Je ne trouve pas normal qu’on se déshumanise. Je ne trouve pas normal que ce soit ce qu’on nous apprenne majoritairement, parfois inconsciemment.

 

C’est pour cela que je mets autant d’humain dans mon activité.

Je rejette ce fonctionnement, j’entreprends pour sortir de ce système, pour pouvoir faire autrement. Je regarde les personnes et je veux être vue en tant que personne. Je veux qu’on voit mon énergie, ma personnalité, mes valeurs, mon histoire. Je veux qu’on me sente vibrer et qu’on se sente attirer par ça. Réciproquement, je veux découvrir les personnes qui me contactent, je veux créer du lien, je veux ressentir ce qui les anime, je veux lire en elles pour pouvoir créer pour elles.

 

Prendre le temps de voir l’autre et d’être vue par l’autre. Remettre l’humain au centre ❤

 

PS : Au début de mon activité, j’étais lisse et sérieuse car je pensais que c’était « la bonne façon » de donner une image rassurante et professionnelle. Mais cette époque est bien loin ! Ces derniers jours j’ai ré-écris les pages de mon site, désormais je n’ai pas peur de faire des pages qui me ressemblent vraiment, avec des émoticônes de partout 😝

 

PPS : Je mets mes talents aux services des entrepreneuses pour les accompagner dans leur aventure et leur permettre de développer l’activité de leurs rêves. Chaque personne est unique, chaque entrepreneuse est unique : votre entreprise est donc unique elle aussi ! Je suis là pour mettre sa personnalité et ses valeurs en image, pour créer l’identité visuelle qui lui colle à la peau : logo, carte de visite, flyer, étiquettes, banderole de stand, illustrations personnalisées pour votre site… Rendez-vous sur cette page pour avoir plus d’infos !

 



 
Vous avez aimé cet article ? Recevez mes messages exclusifs 💌
 
Ma newsletter est un lieu plus confidentiel où je vous écris des mots exclusifs, vous récapitule mes derniers articles et vous informe de mon actualité. Vous serez au courant de tout !

Un e-mail de confirmation vous sera envoyé pour valider votre inscription. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien de désinscription ou en me contactant à l'adresse manongodard0@gmail.com

6 commentaires

  1. Non mais attend les émoticônes…c’est la vie 😀 ah…pour moi aussi, que de désespoir quand je reçois un email copié-collé d’une personne qui veut juste placer son truc sans chercher plus loin…et le pire, c’est que tu vois que certaines essaient vraiment (j’ai tellement envie de leur dire que ça les dessert, mais bon, on ne peut pas aider la terre entière !).
    Ce lissage, comme tu dis, il est appris dès la maternelle, où l’on grave dans la tête des enfants qu’il n’y a qu’une bonne manière de faire – et c’est encore plus prononcé au collège et au lycée ! Fabrique de salarié.e.s dociles 🙁
    Je crois finalement qu’il est de notre devoir de parer à tout ça en tant que parents, oncles/tantes, parrains/marraines ou proches. Il faut transmettre à la prochaine génération qu’il n’y a pas qu’une voie et qu’on peut s’éclater professionellement en étant soi.

    1. Manon Godard says:

      Je vois ça comme toi : une fabrique où on lisse les gens, on les polie pour qu’ils rentrent bien dans les cases qu’on leur a prévu. Dans le système scolaire, très vite on cherche à effacer les personnalités pour tout mettre au même niveau (Tu es timide ? On ne respecte pas ça, on te force à aller parler devant toute la classe même si ça te fait du mal, parce que la case n’est pas prévue pour les timides alors c’est à toi de changer !). Je suis d’accord avec toi, beaucoup de choses peuvent évoluer en partant du cercle familial – déjà en montrant un exemple différent !

  2. Je pense que quand on cherche désespérément, à un moment, on ne sait plus à qui on envoie. Je suis sûre d’avoir déjà envoyé des monsieur à des mesdames et inversément. Je suis sûre d’avoir déjà envoyé des cv à des traducteurs en me disant que s’ils avaient trop de boulot, ils pourraient peut-être m’en passer un peu.
    Je suis tout à fait d’accord avec le fait qu’on doive se lisser, se formater pour pouvoir entrer dans le moule et le pire c’est que c’est pour montrer ce qu’il y a de différent en nous, pour sortir du lot, être remarqué et engagé. ça n’a aucun sens. A moins d’être pistonnée, je ne pense pas pouvoir retourner un jour dans le monde d’entreprise.

    1. Manon Godard says:

      C’est ça, ça n’a aucun sens ! Et ça continue dans les entretiens d’embauche ensuite, on nous apprend la « liste de choses à faire pour être bien » alors que c’est le moment de se démarquer. Bien sûr ça dépend des entreprises et des personnes au cas par cas, mais ça reste mon ressenti global.

  3. En même temps… pas très pro cette personne finalement puisqu’elle ne prend même pas deux minutes pour lire ta page A propos. Je pense qu’à ce stade, ce n’est meme plus un problème de « monde du travail », c’est un problème d’humain ^^

    1. Manon Godard says:

      Je pense qu’elle a supposé que j’étais une agence de communication et qu’elle n’a pas eu besoin d’aller plus loin – les fameuses bouteilles à la mer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.