J’ai écrit cet article il y a un bon moment, en repoussant sa publication encore et encore. Parce que ça ne parle pas de graphisme, parce que ça n’est pas « marketing » et que ces derniers temps je me suis en quelque sorte censurée ; « C’est un blog pro, ça doit parler de tes clientes, de leurs problématiques, de ton job » etc… Mais en faisant cela je fais taire des messages qui peuvent être importants et avoir un impact, même si ce dernier n’est pas directement lié à mon entreprise. Je sens dans mes tripes qu’avoir un impact est plus important. Alors aujourd’hui je décide de simplement partager le message et le laisser faire son propre chemin.

Et puis finalement, en relisant cet article j’entrevois la façon dont il peut faire écho aux femmes qui me suivent – des femmes ambitieuses, courageuses, qui vont souvent à contre-courant. Alors allons-y !

 

"Il y a le message que je partage et il y a comment on le reçoit" par Manon Godard

En me rendant visible, j’ai peur de me mettre en danger.

Mais cette semaine, malgré ma peur, j’ai décidé de me rendre visible en boostant certains de mes posts sur les réseaux sociaux. Ça a été une très bonne expérience, j’ai attiré de nouvelles personnes qui ont compris mon message et qui ont ressenti mon énergie ! Puis il y a eu les personnes qui ont mal compris, qui se sont énervées, qui n’ont pas aimé ce que j’ai écrit, qui m’ont reproché de juger les gens.

 

Alors j’ai relu mon post.

Je n’y ai pas ressenti de jugement : j’y partage mon avis, en insistant sur le fait que ce n’est que mon avis. J’y explique à quelles personnes je m’adresse, avec l’intention qu’elles se reconnaissent et qu’elles aient un coup de boost.

Certes, par miroir je parle aussi des personnes auxquelles je ne m’adresse pas, j’emploie des mots qui peuvent sembler dur et je crois que c’est là que là où le bât blesse. Mais ce sont les mots justes pour ce que je voulais exprimer (parfois j’ai même vérifié la définition pour ne pas faire d’erreur).

Lorsque je dis « Je ne m’adresse pas aux personnes qui se plaignent sans rien faire », ce n’est pas un jugement, c’est un fait : c’est OK que des personnes se plaignent sans rien faire, c’est juste que ce n’est pas à elles que je m’adresse. Si la personne entend « Tu es nulle parce que tu te plains sans rien faire », je n’en suis pas responsable car ce n’est pas ce que j’ai dit ; c’est ce qu’elle a entendu.

 

Il y a le message que je partage et il y a comment on le reçoit.

Je suis responsable de ce que j’écris, puis comment on le comprendra ne dépend plus de moi, ce n’est plus dans mon contrôle. Certaines personnes vont adhérer à mon message, d’autres vont ressentir de la colère ou du rejet. Mais mon intention n’est jamais de blesser, même lorsqu’il m’arrive de le faire involontairement.

 

Parfois j’ai la sensation que mon message n’a pas été compris ou a mal été compris.

Forcément, chaque personne le reçoit à travers son prisme, son histoire, ses valeurs, ses croyances… … alors il peut être déformé dans le processus !

On a aussi le droit de ne pas être d’accord avec moi, de ne pas adhérer à ce que je dis ; moi-même je ne suis pas d’accord avec tout ce que j’entends et lis ! Cela ne veut pas dire qu’il y a un gentil et un méchant, juste un désaccord et ce n’est pas grave.

 

Il y a quelques mois ce type de commentaires me mettait en pleurs et me donnait envie de tout arrêter, de disparaître.

Parce que cela me donnait l’impression d’être une mauvaise personne. Aujourd’hui je sais que cela ne change pas qui je suis ni ma valeur. J’ai le droit d’avoir une opinion qui diffère de celle d’une autre personne personne.

Bien sur, c’est inconfortable : je suis humaine, je veux être acceptée et aimée ! Et bien sûr je n’aime pas mettre une personne en colère.

Ce qui m’aide à rester sereine, c’est de me rappeler que ces personnes en colère ne me connaissent pas : elles m’ont découvert par hasard, elles n’ont eu qu’un échantillon de ma façon de penser, lui-même perçu à travers leur prisme.

 

Puis on a tout simplement le droit de ne pas être d’accord.

J’ai le droit d’avoir mon avis, les autres ont le droit d’avoir le leur. Je partage ce que je pense, cela n’engage que moi et je n’oblige pas les gens à être d’accord avec moi, c’est OK 🙂

Pour en revenir à ce fameux post, j’ai eu des dizaines de réactions très positives de personnes qui ont compris et adhéré à mon message ! Ce sont ces personnes, qui se sont reconnues dans mes mots, que je souhaite attirer. Les personnes qui ont ressenti de la colère en me lisant ne sont pas « mes gens » et c’est OK : je ne m’adresse pas à tout le monde et je ne cherche pas à plaire et à attirer tout le monde.

 

Parfois j’ai la sensation qu’on veut nous faire culpabiliser de ne pas « faire pour tout le monde ».

Qu’il faut mesurer chaque mot, pour ne froisser personne. Qu’il ne faut surtout faire aucune vague – mais alors comment faire bouger les choses ? Qu’on doit s’adresser au plus grand monde alors qu’il y a des profils si différents. Je vais être réceptive à un message alors qu’une autre le rejettera totalement : quelle est la solution alors, faire des messages tièdes, qui parlent à tout le monde et à personne à la fois ?

Si je veux plaire à tout le monde je me dilue, je me lisse, je me censure. Ce qui compte, c’est que je sois moi-même, avec mes valeurs et mes idées. Cela ne veut pas dire que les personnes qui n’ont pas les mêmes valeurs et idées que moi sont moins bien que moi ! Mais c’est un fait, je préfère partager avec les personnes qui me ressemblent.

« On attire qui on est ».

 

J’ai la peur qu’en étant de plus en plus visible je m’expose de plus en plus à la colère et au rejet des autres, que cela me mette en danger.

(En vérité c’est mon ego qui est en danger, moi je ne risque pas grand-chose !)

C’est un fait : plus je dis ce que je pense et plus je le dis à de personnes, plus je m’expose au différend et au conflit. Mais voilà ce que j’ai appris ces derniers mois : qu’on ne soit pas d’accord avec moi ne veut pas dire que ce que je pense est « mauvais » – la preuve, d’autres personnes vont être totalement d’accord et enthousiastes en me lisant ! Qu’on ne soit pas d’accord avec moi ne change pas qui je suis ni ma valeur.

Si certaines personnes se braquent, se mettent en colère, c’est peut-être que j’ai touché quelque chose de sensible dans leur histoire, dans leurs valeurs : cela viendrait plus d’elles-même que de mon message. Moi-même plein de fois je me suis vexée en lisant quelque chose parce que ça titillait une corde sensible ! Au fond cela n’avait rien à voir avec la personne qui avait écrit, cela avait tout à voir avec moi.

 

Beaucoup de femmes partagent ma façon de penser, beaucoup de femmes ont besoin de mon message et ce sont elles qui sont importantes.

Alors oui, j’ai toujours peur d’être de plus en plus visible et de plus en plus « en danger », mais si je m’arrête, si je me lisse, si je me tais, c’est comme si j’abandonnais ces femmes. C’est peut-être prétentieux mais c’est mon ressenti.

Moi-même je suis assidûment des personnes qui m’inspirent (dont certaines sont beaucoup plus cash que moi !) et si elles se taisaient cela me laisserait un grand vide. On a besoin de personnes qui nous inspirent, qui nous motivent, qui nous font avancer !

Alors oui, tout le monde ne plaira pas à tout le monde. Je ne plairai pas à tout le monde. Certaines personnes m’adoreront tandis que j’en dérangerai d’autres. Et réciproquement, certaines personnes me mettront en colère tandis que d’autres m’inspireront profondément. Et parfois, les personnes qui nous rebutent deviennent celles qui nous inspirent.
 
 
Il y a assez de voix pour que chacun·e trouve celle qui lui parle 🙂

Alors faisons entendre nos voix, par amour pour celles et ceux qui ont besoin de l’entendre.
 

PS : Si tu me découvres pour la première fois via cet article, je t’invite à te rendre sur ma page Qui suis-je ? pour mieux comprendre qui je suis !