"Ce qui devait être un coup de gueule" par Manon Godard
Mes pensées & réflexions

Ce qui devait être un coup de gueule

"Ce qui devait être un coup de gueule" par Manon Godard

Une fois n’est pas coutume, ça fait plusieurs mois qu’écrire un article ‘coup de gueule’ me démange. Pourquoi ? Parce que je vois fleurir de plus en plus de créations graphiques faites-maison par des entrepreneuses, avec Canva et autres logiciels du style, et dont le graphisme me hérisse le poil. Des visuels que je trouve amateurs, voire très mauvais, avec des erreurs qui font que la graphiste en moi se dit, mi-énervée mi-dépitée : « Quoi, sérieusement ? ».

 

A chaque fois que je tombe sur un visuel du style, j’ai envie d’écrire un article coup de gueule.

(D’ailleurs c’est après en avoir vu un de plus que j’ai écrit mon article « Ton entreprise mérite mieux, bon sang ! »)

Pour m’énerver contre ces entrepreneuses qui, pour faire des économies ou parce qu’elles n’en ont rien à faire, créent elles-même des visuels mauvais qui les décrédibilisent.

Pour m’énerver contre ces personnes qui pensent que savoir bidouiller un logiciel fait d’elles des graphistes, comme s’il s’agissait juste de mettre des images et des textes ensemble.

Pour m’énerver contre ces visuels que je trouve moches, avec parfois des erreurs inadmissibles à mes yeux de professionnelle.

Parce que j’aime les belles images et que voir ça me révolte, en quelque sorte. Une part de moi a envie de secouer les gens, de leur dire « Mais non, tu ne peux pas faire ça, ça ne va pas ! ».

 

Puis je me calme et je relativise.

Au fond, je pense que vraiment m’énerver sur le sujet ne serait pas productif. A quoi bon ? Je crois que ça ne pourrait produire que du négatif : des personnes pourraient se sentir blessées, d’autres pourraient se sentir pas assez bien, d’autres encore pourraient culpabiliser et avoir l’impression que je leur mets un couteau sous la gorge pour faire appel à un pro… Bref, rien de positif.

 

Or, je crois en la bienveillance et en l’information.

Je crois qu’en majorité ces entrepreneuses font de leur mieux avec les moyens qu’elles ont. Lorsque financièrement il faut choisir entre un beau visuel Facebook et des matières premières pour ses créations, je trouve tout à fait logique et raisonnable de choisir les matières premières : le graphisme passera après, on bidouillera un truc moyen mais qui fonctionne avec Canva & cie et au moins on pourra continuer de créer et de vendre ses créations, pour par exemple pouvoir faire appel à un graphiste plus tard. Je ne vous conseillerai jamais de vous mettre en danger financièrement pour le graphisme de votre entreprise, et ça reste formidable qu’il existe des outils gratuits et/ou accessibles pour pouvoir faire ce qu’on peut soi-même lorsqu’on est limitée financièrement.

 

Mais au-delà de la limite financière, j’ai l’impression qu’il existe aussi une incompréhension.

J’ai l’impression que certaines entrepreneuses ne comprennent pas l’importance du graphisme, qu’elles ne prennent pas cela au sérieux, qu’elles pensent que c’est seulement intégrer du texte et des images ensemble, que ce n’est pas sorcier et qu’elles peuvent bien le faire elles-même. Sauf que ce n’est pas juste intégrer du texte et des images ensemble : il y a une gestion des couleurs, des typographies, des espaces etc… qui est absente des visuels amateurs dont je vous parle.

Ce n’est pas parce qu’on sait utiliser un logiciel de graphisme que l’on est un bon graphiste. Donner un appareil-photo à quelqu’un n’en fait pas de lui un bon photographe : pour le graphisme c’est pareil, le logiciel n’est qu’un outil, c’est le talent du créateur qui fera la différence.

 

Voilà quelques réactions que j’ai entendues autour de moi devant différentes créations graphiques faites-maison :

« Oh la vache, on dirait quelqu’un qui vient de découvrir Word ! »

« Lorsque j’ai vu son logo je me suis dis qu’elle n’était vraiment pas professionnelle et j’ai fui. »

« Ses étiquettes, on dirait des dessins d’enfants. »

« Ça ressemble à un montage de collégien, si c’est censé être un visuel pro ça ne le fait pas du tout » …

 

(D’ailleurs ça me donne une idée : compiler dans une vidéo les réactions de différentes personnes devant des visuels…)

C’est moins constructif que les remarques que je pourrais faire avec mon œil de professionnelle, mais ça a le mérite de bien montrer l’émotion provoquée à la première impression – et elle n’est pas positive.

Ces personnes pourraient être des clients que vous pourriez aider, mais votre graphisme amateur les repoussera. Même si elles ne sauront pas dire exactement ce qui ne fonctionne pas dans vos visuels, elles ressentiront que ça ne fonctionne pas et c’est votre image de marque qui accusera le coup.

 

Au bout d’un moment le graphisme fait-maison va desservir votre entreprise et l’empêcher de passer un palier supérieur.

D’accord le graphisme n’est pas le noyau de votre entreprise et vous pouvez vendre avec une identité visuelle moche, mais à un certain stade de votre développement ça va quand même poser un problème. Les visuels amateurs et faits-maison donnent à votre entreprise une image de petite entreprise d’amateur, mais lorsqu’on veut plus pour son entreprise je pense alors qu’il faut que le graphisme suive. Je comprends la limite de moyens, mais je sais que certaines entrepreneuses ont les moyens : alors quelle est la raison, quelle est l’excuse pour faire passer le graphisme à la trappe et l’image de son entreprise avec ? Que ce n’est pas important ? Pourtant les réactions ci-dessus tendent à montrer que ça compte tout de même – particulièrement sur Internet où on passe tellement vite d’un contenu à l’autre. Ce qui est beau est remarquable ; d’ailleurs ne dit-on pas qu’on mange d’abord avec les yeux ? Là encore la première impression passe par ce qu’on voit.

 

J’aimerais faire retenir deux choses de cet article :

1- Savoir utiliser un logiciel ne veut pas dire qu’on est un bon graphiste, les visuels faits-maison dont je parle en sont la preuve selon moi (peut-être que je ferai un article sur les erreurs que je vois souvent dans ce genre de visuels, est-ce que ça vous intéresserait ?)

2- Beaucoup de personnes sont sensibles à la beauté, alors ne sous-estimez pas l’importance du graphisme de votre activité : un visuel amateur peut faire fuir, vous décrédibiliser et freiner le développement de votre entreprise. Ce n’est pas négligeable selon moi, pas lorsqu’on est ambitieuse.

 

Dans l’article de demain je vous partagerai l’expérience d’une de mes clientes qui a traversé différentes étapes : d’abord ne voyant pas l’intérêt d’un logo, elle a ensuite voulu créer le sien elle-même avant de finalement m’en confier la création. Elle vous racontera son cheminement  🙂

 

Je vous embrasse

 

PS : Si les visuels faits-maison m’énervent et me frustrent, c’est parce que derrière je sais qu’il y a des entrepreneuses talentueuses et j’ai la sensation qu’elles se gâchent. Pour certaines c’est une question de moyens et je comprends totalement, mais pour d’autres c’est une question de priorité et j’aimerais tellement leur faire comprendre ce qu’elles auraient à gagner en investissant auprès d’un professionnel. Elles le peuvent et elles ne le font pas, c’est super frustrant😓 Derrière chaque visuel amateur, je vois une entrepreneuse qui mérite mieux et qui ne s’y autorise pas. J’aimerais qu’elle s’y autorise, j’aimerais l’accompagner et créer du beau pour elle ! Cela lui libérerait du temps et de l’énergie pour exercer ses talents, pendant que moi j’exercerais les miens.

PPS : Si vous êtes prête à vous y autoriser, je serais ravie de vous accompagner 🙂 Vous trouverez sur cette page plein d’infos ainsi que mes réponses aux questions fréquentes

 


Pour ne rater aucun article, inscrivez-vous à ma newsletter :

 
Un e-mail de confirmation vous sera envoyé pour valider votre inscription. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien de désinscription ou en me contactant à l'adresse manongodard0@gmail.com
 

8 commentaires

  1. Drole d’article, la plupart des blogs restent amateurs et on ne peut pas attendre un niveau professionnel d’une personne faisant cela sur son temps libre. Mais puisque la critique est là, autant le dire, les titres en rose dans cet article sont coupés sur la gauche, c’est dommage.

    1. Manon Godard says:

      Cet article ne parle pas du tout des blogueuses qui font cela pour le plaisir, je parle d’entrepreneuses qui ont une activité professionnelle.

  2. Hello Manon,
    A la fois je comprends ton point de vue et à la fois je ne trouve pas cela très juste de dire de telles choses… effectivement beaucoup de professionnels font passer les questions de communication, graphisme, marketing, etc. après leur activité. Parfois c’est parce qu’ils pensent pouvoir faire mieux, et souvent c’est parce qu’ils n’ont pas les connaissances suffisantes et ont certainement peur. Peur de faire les mauvais choix, peur d’investir dans le vent…
    Pendant ma dernière expérience pro, l’entreprise me demandait de faire des visuels graphiques. Je leur ai répété 15 000 fois que je n’étais pas graphiste mais pas le choix, j’ai dû réaliser des choses que je ne trouvais pas jolies, mais cela leur convenait…
    Sur mon blog également, je ne prends pas le temps de réaliser une vraie charte graphique, et j’en suis consciente. Mais en aucun cas je pense être graphiste ou plus douée qu’un(e) graphiste. Bien au contraire ! Mais comme mon blog est un loisir, j’ai personnellement choisis de ne pas dépenser d’argent là dedans. Peut-être que je devrais, selon les sommes…
    J’espère que mon commentaire ne sera pas mal perçu. Travaillant dans la communication, je connais ce genre de frustration, mais je préfère des propos nuancés.
    Belle journée,
    Claire

    1. Manon Godard says:

      Bonjour Claire, évidemment c’est normal de faire passer le cœur de son activité en priorité – avoir un bel emballage est inutile si on n’a rien à mettre dedans 🙂 Concernant les blogs « loisirs », ce n’est pas du tout de cela dont je parle dans cet article, à priori j’ai du mal m’exprimer ; en l’occurrence je parle d’entrepreneuses qui ont une activité professionnelle. Lorsqu’on a un blog pour le loisir, les enjeux sont différents. Je te souhaite une belle journée également !

  3. Je serais très intéressée par un article sur les erreurs de graphisme fréquentes ! Je pense que la non-considération que tu évoques est symptomatique de tous les métiers que les gens « pensent pouvoir faire eux-mêmes » : ça s’applique aussi à la rédaction web, au community management (je vois régulièrement des blogueurs se vendre comme « community managers » parce qu’ils gèrent une page Facebook de 300 fans)… A l’inverse, j’ai moins le problème avec le SEO car ça fait partie des expertises un peu « obscures » pour le commun des mortels.

    J’avais cité dans un article une étude assez intéressante sur l’impact du design sur la confiance accordée à un site web… et c’est particulièrement édifiant de voir qu’un mauvais design fait fuir avant même que les gens ne cherchent à aborder le contenu.

    La difficulté quand on n’a pas de sens graphique, c’est aussi de déterminer si une proposition graphique est « qualitative » ou pas… car sans être graphiste, il y a là-dedans une grande part de subjectivité. J’ai briefé un graphiste ce week-end pour me créer un logo et je pense que je serai au final bien incapable de donner un avis structuré dessus, même si j’ai essayé de rendre mon brief de départ assez détaillé sur les intentions/la cible/l’utilisation du logo/le style qui me parle…

    1. Manon Godard says:

      C’est vrai que pour le SEO j’ai l’impression que l’expertise est mieux reconnue. En effet pour tout ce qui touche la création il y a de la subjectivité, comme on me l’a fait remarqué sur les réseaux il y a aussi une question de style graphique selon le créatif.

  4. Hello Manon! Je partage tellement ta réflexion. J’ai aussi cette impression que le graphisme (mais le webdesign aussi) et donc la communication visuelle, n’est pas prise au sérieux par beaucoup d’entrepreneuses (j’exclue bien sûr celles qui n’ont pas le budget pour investir dans leur communication). J’ai encore aperçu tout à l’heure un horrible logo DIY, je suis tombée pas plus tard que ce week-end sur un article qui expliquait qu’il suffisait de savoir bidouiller des trucs sympas sur Photoshop pour devenir graphiste, et il y a une formation qui circule en ce moment sur le web pour devenir graphiste en 7 semaines…. On pense que nos métiers se limitent à combiner des typos et des couleurs … alors que notre mission consiste en tellement plus! J’avoue tout ça m’énerve aussi mais j’essaie comme toi d’être dans la pédagogie. Je me dit que c’est aussi notre rôle étant donné que nous sommes actives sur la blogo d’expliquer quels sont nos métiers, notre valeur ajoutée et de faire comprendre aux entrepreneuses combien travailler leur image de marque est important pour faire grandir leur activité 🙂

    1. Manon Godard says:

      Merci pour ton commentaire Raphaëlle, que je rejoins totalement ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.